1890 - 1914: A la belle époque un vignoble encore actif. 
La vigne occupe encore 12000 hectares en Île de France au moment où s'ouvre l'exposition universelle de1900.  
Dans les guinguettes sur l'ile d'Andresy, on déguste encore la tourte aux champignons arroée d'un petit "Ginglet" frais, le vindu pays.  
La "guerre du rail" abonde les entrepôts de Bercy en vin du sud.
La décroissance globale du vignoble francilien s'accentue.
 
.

Le choc de la grande guerre et le sursaut des années trente.
Pendant les années de guerre,les petites exploitations sont abandonnées ou peu soignées.  
A Sartrouville, la plupart des viticulteurs décident de ne pas replanter leur vigne. 
En 1943, la chanson  "Ah, le petit vin blanc, qu'on boit sous les tonnelles ... " est lancée dans les guinguettes de la Mame (le plus bel hymne à la gloire des vins d'île de France). 




Le remembrement et la déferlante de béton après la 2ème guerre.  
Le premier cadastre viticole élaboré entre 1954 et 1958 ne recense pas les départements d'Île de France . Ce vignoble ne représente plus d'intérèt économique pour le pays.  
Le remembrement et l'urbanisation de l'aprés guerre  avec la construction de grands ensembles ont des conséquences dévastatrices sur le terroir  
Heureusement,quelques ilots de résistances subsistaient dans les Yvelines et aujourd'hui, des amoureux de la vigne et du vin les font revivre.

Les principaux cépages existant dans la région sont :  
          •                  (cépage replanté après le phylloxéra)  
          •                                
          •           ,  
          •            ,  
          •  
          •  

et en raisin de table, principalement 

Dégustation de vin nouveau à Carrières-Sous-Bois
Foulage du raisin à Saint-Germain-En-Laye 
Edition épuisé